Dans son nouveau palais Louis est seul sans ses parents. Son père est reparti régler des affaires urgentes au bord du Rhin.

Sa mère Hildegarde en tant que Reine suit partout son époux.

Louis ne devait plus revoir vivante sa mère qui décéda dans son palais de Thionville , le 30 mai 783 à l’âge de 29 ans épuisée par de trop fréquentes maternités. Elle laisse pour ses contemporains un souvenir d’une reine juste et pieuse.

A son instigation, de nombreux monastères furent construits et elle dota largement les anciens. L’abbaye de Kempten en Bavière fut un exemple de ses largesses. Elle installa Adelgar comme premier abbé et l’emmena à Rome en 781 pour le présenter au pape Adrien et obtenir la bénédiction abbatiale devant un parterre de prince Francs et de Charlemagne, dans la basilique vaticane. Elle obtint à la suite de ce voyage par les mains du pontife les reliques des saints martyrs Gordien et Epimaque pour les transférer dans l’abbaye de Kempten. L’église fut sous la protection de la bienheureuse Vierge Marie et des deux saints martyrs. Dans son testament, Hidegarde exprimera le désir d’être inhumée dans ce monastère de prédilection.

Elle fut dans un premier temps dans le même caveau que ses deux dernières filles à l’église Saint-Arnoul de Metz. Charlemagne fit élever un grandiose monument funéraire à la gloire d’Hildegarde et c’est Diacre Paul à qui revint l’insigne honneur de composer en vers latins une épitaphe pour cette belle et intelligente reine. Il faudra quand même attendre 872 pour qu’une partie de ses reliques soient transférées à l’abbaye de Kempten, où une nouvelle basilique vit le jour sous son patronnage. L’autre moitié de ses ossements resteront définitivement à Metz.

Louis n’étant pas en âge de gouverner et encore moins de guerroyer, Charlemagne l’entoura d’une multitude de dignitaires d’officiers et de serviteurs. Un tuteur fut également nommé en la personne de Guillaume de Toulouse.