suite notes personnelles sur l'ouvrage de Jocelyne Godard : Dhuoda La carolingienne

Le comte est le "compagnon du Prince" a qui l'on a assigné un territoire, nommé comté ou pagus. Mais le comté sous Charlemagne n'était pas immuable et des variations dues à des découpages plus ou moins vastes. Il a été recensé environ 200 à 250 comtés sous Charlemagne. L'étendue de ces territoires étaient beaucoup plus importantes dans la moité méridionale de la Gaule et en Italie, qui souvent correspondaient aux anciennes cités romaines dont les limites étaient le diocèse.

Le comte avait un notarius auprès de lui  sur les instances de Charlemagne. Le notarius est un scribe qui rédige les actes de l'administration.

Egalement près du comte, il pouvait se trouver un vicomte nommé par le comte mais avec l'agrément de l'Empereur. Mais on le trouve rarement cité sauf dans la région occidentale de l'Empire. Quelquefois, un viguier suivant la dimension du territoire placé sous la seule autorité du comte. Le tribunal qu'il préside ne lui autorise qu'une compétence limitée puisqu'il auditionne que les causes mineures ou petits délits. Les causes majeures étant réservées d'office au comte.

le comte doit représenter localement son souverain. De ce fait il a un pouvoir administratif, financier, juridique et militaire. Il doit faire appliquer tous les ordres royaux.

Pour les taxes et les divers dons, le comte perçoit les droits si le souverain en exige le paiement à ses sujets. Toutes les dépenses à l'intérieur du pagus sont sous la responsabilité du comte. Il fait faire l'entretien des ponts et des routes. Dans le cas d'un excédent de recette, il est prié de l'apporter à la chambre royale.

Il s'occupe du maintien de l'ordre, de la police locale et préside le tribunal public dont il prononce les sentences et perçoit les amendes. C'est le comte également qui recrute et commande le contingent armé qu'il doit fournir à l'ost royal.

Le comte n'est pas  appointé et ne reçoit pas de salaire régulier. mais la dotation en terre compose son "honneur". Il dispose temporairement  d'une partie des domaines fiscaux limité à son territoire. Peuvent s'ajouter des revenus fonciers de monastères laïcs dans son pagus.

Les revenus d'un comte peuvent être importants si en plus on ajoute les possessions patrimoniales plus les bienfaits du souverain. Il est considéré comme un grand  et riche propriétaire foncier et  se trouve au-dessus de l'aristocratie terrienne qu'il administre et commande. 

On peut dire qu'en général, l'administration autour des comtes  dans l'Empire Carolingien se situait autour de 2000 à 3000 personnes y compris les services du Palais.