Dans l’histoire du Languedoc on signale une Dadane fille du noble Dadila à Nîmes. Mais cette Dadane a testé en 813. Manitius voit en elle notre Dhuoda.

Pour les recherches sur Dodila/Dadila et la parenté avec Dhuoda, je n'ai rien trouvé d'intéressant qui puisse me donner une piste. C'est en recherchant sur internet  que je suis arrivée à l'abbaye de Psalmodi où j'ai pu lire ceci :

"C'est d'abord le prieuré de S. Jean de Nozet, au bord du Vidourle en face Galazanègues (le grand Gallargues) : le 24 mai 812 Dadila laisse à son épouse Ermengarde sa servante Prima, à ses fils quelques serfs et dans un geste chrétien il affranchit tous ses serviteurs « tanquam de ingenuis parentibus nati » et donne à Psalmodi les sanctuaires de S. Jean de Nozet et de S. Julien de Salinelles « Salignanello », plus, des terres au lieu de Parignargues « Petroniaco » (diocèse d'Uzès). Ces legs ne reçurent pleine exécution que quatre ans plus tard et Charlemagne était déjà mort (26 sept. 815) (1)."

(1) Arch. du Gard; H, 112, 113, 115.

http://www.nimausensis.com/Gard/psalmodi/Psalmodie01.htm

On peut lire aussi que Théodomir, petit -fils de Charlemagne était abbé en 810 de Psalmodi.

Mais qu'en 840, Bernard  de Septimanie (époux de Dhuoda) s'empare de nombreuses propriétés appartenant à Psalmodi.  C'est Charles le Chauve qui interviendra dans ce conflit   pour la  restitution des biens  à l'abbaye