L’Abbaye Sainte Marie D’Orbieu

Une charte de Charlemagne antérieure à l’an 800 est couramment désignée comme charte de fondation de l’abbaye Sainte Marie d’Orbieu. Ce document, le plus ancien sur l’abbaye, est conservé aux archives départementales de Carcassonne. Par cette charte, Charlemagne n’a fait que confirmer la fondation d’un monastère déjà existant.

L’intervention du futur empereur fut déterminante, car l’abbaye connut dès lors un développement extrêmement rapide en particulier par une succession de donations importantes. Cette prospérité en fit une des abbayes les plus influentes du Sud de la France et sa situation géographique particulière, entre la France et l’Espagne, permit aux abbés de Lagrasse de jouer un rôle prépondérant dans les affaires politiques et religieuses du Midi.

Les donations provenant de riches seigneurs de la région et même des comtes de Barcelone, étaient constituées de terres, villages, châteaux, églises et monastères. On a dénombré 6 abbayes, 25 prieurés, 67 églises sur 7 diocèses et 91 places du royaume de France et du comté du Roussillon, ayant dépendu, à diverses époques, de l’abbaye de Lagrasse.

Soixante-quatre abbés se succèderont à la tête de l’abbaye, du Moyen Âge à la Révolution. Nimfridius, archevêque de Narbonne, en fut le premier et le fondateur. Il adopte, pour Lagrasse, la règle de Saint Benoît de Nursie (bénédictins). Au XVIIème, suite à une longue période décadente, l’abbaye sera intégrée à la congrégation de Saint Maur, et la réforme qui en découlera amènera un grand renouveau monastique à Lagrasse. Au XVIIIème siècle, Armand Bazin de Bezons, avant dernier abbé et évêque de Carcassonne, entreprend la construction du palais abbatial et du cloître actuels. A la Révolution, l’abbaye ne compte plus que 14 moines qui quitteront définitivement Lagrasse, en 1792.

http://www.lagrasse.fr/historique.html