Louis_le_pieux

A la mort de Charlemagne, le 28 janvier 814, La Gaule est un des plus grands pays du monde occidental. C’est Louis, trente-six ans, son derniers fils et unique héritier qui lui succède.

Soucieux de maintenir l’unité de l’Empire tout en poursuivant l’œuvre de son père, Louis s’empresse de remplacer les trois titres acquis par Charlemagne – roi des Lombards – roi des Francs et empereur – par le seul titre d’Empereur.

En 816, il se fait sacrer par le pape Etienne IV à Reims avec son épouse Ermengarde. Par ce geste, l’empereur ouvre définitivement la voie d’allier le couronnement laïc à une cérémonie religieuse du sacre. Le spirituel protégeant désormais le temporel. Geste lourd de conséquence pour la suite des événements.

Louis ne veut pas remettre en cause le système administratif mis en place par Charlemagne mais très vite, il se trouve confronté à de sérieux problèmes par les remaniements du partage successoral de l’Empire.

ORDINATIO IMPERII

En 817, Louis le Pieux souhaite régler définitivement sa succession de son vivant pour préserver l’Empire carolingien. Avec ses conseillers, il élabore l’Ordinatio Imperii, qui doit respecter les traditions franques et surtout ne pas perdre de vue l’idée unitaire de cet héritage. Dans ce texte, le fils aîné, Lothaire, une fois proclamé empereur doit partager le pouvoir avec son père et les deux autres fils de Louis le Pieux, Pépin et Louis doivent recevoir  eux, l’Aquitaine et la Bavière.

Bernard, leur cousin conservera  quant à lui, le royaume d’Italie.

Mais cette constitution soulève un tel mouvement de colère et de contestation que Louis le Pieux ne peut que condamner ce débordement. Le chef de cette rébellion n’est autre que Bernard, son neveu. L’empereur implacable lui fait crever les yeux.

A la suite de ce supplice, Bernard meurt en 818.